Article mis à jour par Niort info

Le musée Bernard d’Agesci vient de bénéficier d’un nouveau don : u portrait d’une des aïeules du donateur réalisé par le peintre Léon-Joseph Billotte (1815-1886).  Il s’agit de Marie-Marguerite Martineau, la fille aînée de Charles-Amédée Chabosseau (1802-1843) qui a légué 109 œuvres au musée de Niort, marqueur de la création du musée des Beaux-Arts de Niort.

Qui est Léon-Joseph Billotte

L’œuvre est identifiée comme ayant été réalisée par Léon-Joseph Billotte, portant signature avec une date. Léon-Joseph Billotte (1815 – 1886) est un peintre de genre et de portraits. Il travailla avec Blondel. De 1839 à 1844, il exposa des portraits au Salon. Puis il y envoya des œuvres de genre variées, parmi lesquelles nous pouvons citer : Sollicitude maternelle, La Visite à la fiancée,Marguerite au puits, Vision de Sainte Agnès, Jeanne d’Arc, Hamlet.

Bien que réalisé à Paris, ce portrait de commande, huile sur toile, de forme ovale, représente une jeune femme étroitement liée à la ville de Niort dont la famille, par des dons et legs, a contribué à l’enrichissement des collections du musée des Beaux-arts de Niort.

Le tableau

Marie Marguerite Martineau (1828-1902), fille d’Ambroise Martineau et Geneviève Chabosseau est ici présentée de trois-quarts, en pied à l’âge de 15 ans dans un intérieur. Le modèle pose avec sobriété devant un soubassement en bois avec moulures et du papier peint de couleurs gris/marron pourvu d’une ligne d’arabesques florales au niveau de son buste. Elle porte une robe unie simple de couleur noire laissant apparaître ses épaules légèrement dénudées par un décolleté bateau avec une bande de dentelle discrète aux poignets et à l’encolure ; une croix latine sans décor, portée avec une longue chaîne de type sautoir resserrée par un coulant de format rectangulaire orné probablement d’un cabochon de cornaline (le tout en or) ; des pendants d’oreille en or, ornés de 5 rangs de petites perles baroques. Ses cheveux bruns sont lissés avec une raie centrale puis regroupés en chignon avec tire-bouchons tombant dans le cou ; des yeux clairs (bleus-gris), des sourcils avec un tracé fin et discret, un teint pâle, elle croise les mains.

Son histoire

Marie Marguerite Martineau a épousé en 1847 Jean-Baptiste Corderoy du Tiers (1820 – 1894) avec qui elle a eu deux enfants : Marie Mathilde (1854-1938) et Émile (1848 – 1897). Émile du Tiers s’est fait une réputation de poète régionaliste.

Cette famille de la grande bourgeoisie niortaise était au centre de la vie artistique locale dans la seconde moitié du 19e siècle. L’œuvre peut être considérée, comme un témoignage en lien avec une mémoire familiale locale. Marie-Marguerite Martineau est la fille de la sœur aînée de Charles-Amédée Chabosseau (1802-1843) qui a légué 109 œuvres au musée de Niort (96 peintures et 13 arts graphiques), marqueur de la création du musée des Beaux-arts de Niort.

« Ce portrait est d’une belle qualité et constitue un jalon important de la première carrière de L.J. Billotte », indique le musée d’Agesci. « Le peintre affecte à cette époque une recherche d’épure graphique et chromatique (gamme de gris-noir) qui le rapproche de la tendance ingresque. L’œuvre est conservée dans son cadre, son châssis est sur sa toile d’origine et présente un haut degré d’intégrité matérielle. »