Article mis à jour par Amanda Bronscheer

Une nouvelle édition du Tour Poitou-Charentes en Nouvelle Aquitaine va s’élancer sur les routes de l’ex région Poitou-Charentes du mardi 23 août au vendredi 26 août, avec un départ inédit à Chauray (Deux-Sèvres) qui prépare depuis un an ce grand rendez-vous cycliste.

Comme chaque année, ce tour souhaite allier le sport et la culture par la mise en valeur de la diversité des territoires et du patrimoine Picto-charentais. Du grand départ de Chauray au quartier des Couronneries à Poitiers en passant par Périgny près de La Rochelle, Vars, Mansle, Vivonne, Smarves et Nieuil-L’Espoir, les coureurs vont parcourir 688 km et permettre ainsi de profiter de beaux paysages et de découvrir quelques pépites architecturales.

Le tour du Tour avec Claude Boisson, maire de Chauray

A quelques jours du départ de cette compétition, nous avons souhaité donner la parole à Claude Boisson, maire de Chauray. On fait le tour du Tour avec lui…

Claude Boisson, maire de Chauray. Photo Amanda BRONSCHEER.

Que représente pour Chauray ce départ du TPC ?

« Pour la Ville de Chauray, c’est l’occasion d’accueillir un événement très populaire qui se déroule à même la ville dans son hyper centre. C’est aussi l’occasion de faire connaitre Chauray, avec son église, son Temple, ses magnifiques bords de Sèvres, ses plus de 70 associations. Cet événement promeut le sport, le cyclisme… Un sport extrêmement populaire, qui parle aux chauraisiens car la ville compte deux associations de cyclotouristes ainsi qu’une école pour les jeunes pratiquant le VTT. C’est dire si cet événement est important pour Chauray. Il faut se rappeler que l’an dernier le Tour Cycliste des Deux Sèvres a été accueilli à Chauray pour le départ d’une étape et rappelons-nous également qu’en 2012, Chauray accueillait la semaine fédérale du cyclotourisme, soit plus de 13000 pratiquants, un moment que les Chauraisiens n’ont pas oublié. »

Des bénévoles mobilisés

Combien de personnes cela va-t-il mobiliser ?

« Nos bénévoles seront bien présents, plusieurs dizaines auxquels il faut ajouter une quinzaine d’employés communaux : les services techniques, le service communication/animation, la Police municipale. Les élus municipaux et notamment les adjoints de référence sont actifs depuis quelques mois et sont les acteurs volontaires pour permettre que ce  type de manifestation mobilise une centaine de Chauraisiens motivés. Toutes les personnes concernées par des événements chauraisiens font la force et la réussite de l’animation de la ville et c’est précieux quand on sait que dans d’autres villes il est compliqué de rassembler des élans de volontaires.« 

« Aujourd’hui de très nombreux Chauraisiens se déplacent à vélo« 

Claude Boisson

Peut-on espérer quelques retombées économiques ?

« Sans aucun doute, les commerçants de la ville devraient apprécier cet événement qui va se dérouler sur deux jours. La municipalité quant à elle, attend principalement les retombées médiatiques, l’occasion de faire connaitre dans la région Nouvelle Aquitaine notre très belle ville que nous qualifions de ville à la campagne grâce en particulier à nos bords de Sèvre Niortaise ainsi qu’à l’agriculture toujours présente. Et puis, ville festive pour tous ! »

Pour cette occasion, avez-vous imaginé des animations ?

« L’organisation du TPC est une grosse machine à laquelle nous avons adhéré et facilité les animations proposées autour du village départ.« 

Des décos spéciales TPC ont été installées ces dernières semaines à Chauray. Photo Amanda BRONSCHEER.

Un fan de moto aussi

Le vélo, pour vous, cela représente quoi ?

« La pratique du vélo s’est particulièrement développée ces dernières années en raison surtout de l’arrivée du moteur électrique. Aujourd’hui de très nombreux Chauraisiens se déplacent à vélo, autant pour se rendre sur leur lieu de travail que pour se déplacer dans la ville. Néanmoins, cette évolution n’avait pas été détectée voilà une dizaine d’années et du coup l’intégration des pistes cyclables sur les principales voies routières reste à faire, même si quelques axes sont déjà équipés de pistes cyclables. Ce développement doit donc être pris en compte, en particulier par la CAN (Claude Boisson est 4e vice-président de l’Agglo de Niort en charge des bâtiments, moyens généraux et commande publique, NDLR) qui l’intégrera à son plan de déplacement urbain. »

Vous ne seriez pas plutôt « moto » ?

« Evidement si vous me branchez moto, je ne vais pas vous dire que je ne connais pas, moi qui en fait depuis les années 80 et qui part en vacances à moto chaque année. D’ailleurs les motards aiment les mêmes routes que les cyclistes, en particulier les routes sinueuses de montagne. Comme le vélo, la moto a 2 roues et les sensations de liberté, de vitesse, sont identiques… sauf l’effort, car s’il est un sport qui est physique, c’est bien le vélo et sur ce point je suis admiratif de ces jeunes sportifs qui vont s’engager sur le TPC. »

La Ville de Chauray compte à ce jour plus de 7000 habitants. Photo Amanda BRONSCHEER.

60 Food trucks attendus en septembre

Autre gros temps fort pour la commune : le food truck…

« Le Food truck n’roll de Chauray sera un gros temps fort de Chauray du 16 au 18 septembre prochain. Nous sommes prêts et nous attendons des milliers de visiteurs. Il faut dire qu’il y aura de quoi les accueillir avec 60 Food truck avec des cuisines du monde et 12 concerts, tout cela sur un nouvel espace à l’accès gratuit. S’il est un événement qu’il ne faudra pas rater à Chauray, c’est bien celui-ci car tout a été fait pour qu’en famille, entre collègues ou entre amis, la fête soit la plus agréable et diversifiée possible. C’est devenu la manifestation identitaire de la  ville de Chauray. »

Lire aussi : PHOTOS ET VIDÉO. LA PREMIÈRE JOURNÉE DU FESTIVAL FOOD TRUCKS DE CHAURAY RENCONTRE SON PUBLIC

Ses remerciements à l’équipe en place

Vous êtes aux commandes de la mairie depuis deux ans maintenant, comment cela se passe-t-il ?

« Après deux années particulièrement difficiles en raison du Covid, où le seul travail de l’équipe municipale a été de gérer les urgences et les situations critiques, le ciel se dégage enfin et permet de relancer les activités culturelles et finalement retrouver l’insouciance qui était la nôtre auparavant. Je dois dire que la cohésion de l’équipe municipale en pareil situation est fondamentale et permet de répondre de la manière la plus efficace aux difficultés et aux attentes de nos concitoyens. Je remercie mes adjoints et l’ensemble des conseillers municipaux ainsi que les associations qui ont toujours su réagir avec efficacité et rapidité. C’est un travail d’équipe que je salue. »

« On pourra dire qu’à Chauray il se passe toujours quelque chose !« 

Le maire de Chauray

Vu de l’extérieur, on a le sentiment que Chauray s’est réveillée : fausse idée ?

« Tant mieux si c’est le sentiment ressenti ! C’est vrai que dès l’arrivée de la nouvelle équipe municipale, notre objectif a été de dynamiser Chauray et de vivre dans une ville où le plaisir d’habiter n’est pas un vain mot. Avec Yasmine Pelletier-Guilbard, adjointe à la Culture, à l’Animation et aux Jumelages nous nous sommes attachés à mettre en place une communication la plus efficace possible pour nos concitoyens et pour nos associations. Ainsi deux personnes expérimentées, Sabine Vion-Juin et Justine Pouilloux, ont été recrutées pour nous aider à développer la communication et les animations. Je pense que c’est par ses activités culturelles, sportives, ludiques que l’on reconnait le dynamisme d’une ville. Malheureusement la crise sanitaire nous a lourdement pénalisés, mais malgré cela nous avons maintenu nos projets et à présent nous allons enfin pouvoir les mettre en œuvre. Je puis vous dire qu’ils ne manquent pas et que les Chauraisiens auront beaucoup de choix dans les mois à venir. On pourra dire qu’à Chauray il se passe toujours quelque chose !« 

Quels projets souhaitez-vous concrétiser d’ici à la fin de votre mandat ?

« Parmi les projets, il y avait le marché. Malgré la crise sanitaire, son lancement a été fait dès 2021. Il a pris voilà quelques semaines le nom d’espace Bernard Larcher du nom d’un agriculteur de Chauray, disparu récemment et qui a beaucoup fait avec sa famille pour la ville.

Lire aussi : LE PREMIER MARCHÉ DE CHAURAY REMPORTE UN ÉNORME SUCCÈS

A présent nous allons nous occuper de développer son environnement et son attractivité commerciale. Un concours d’architectes va être lancé pour notre rue des Combes qui est la colonne vertébrale de Chauray. Ce concours intégrera l’espace marché et nous savons déjà que plusieurs commerces viendront entourer la future halle.

L’appel du pied à Jérôme Baloge, président de l’Agglo de Niort

De gauche à droite : Jérôme Baloge président de la communauté d’agglomération du Niortais ; Claude Boisson, maire de Chauray et Patrice Barré, adjoint au maire en charge des finances. Photo archives Amanda BRONSCHEER.

Interrogé sur ses relations avec la ville préfecture, et Jérôme Baloge, président de l’Agglo de Niort, voici ce qu’indique le maire de Chauray : « Mes rapports avec l’agglo de Niort sont bons. J’y suis d’ailleurs vice-président aux travaux et aux marchés publics. C’est un poste intéressant qui permet de voir le fonctionnement de la collectivité et plus particulièrement la destination des investissements. Un regret tout de même, s’il est normal que la majorité des financements aillent à la ville centre, il ne faudrait pas oublier les 39 autres communes qui ont aussi besoin de se développer. Chauray est la ville de proximité la plus importante et a des besoins sur un certains nombres d’équipements existants de la CAN comme l’école de musique, qui construite voilà 30 ans a besoin d’être agrandie et surtout adaptée pour pouvoir accueillir les personnes à mobilité réduite. La piscine également à besoin d’évoluer pour s’adapter aux nouvelles règles sanitaires en particulier pour ses personnels. Ces travaux tardent et ce n’est pas normal ! Chauray a aussi d’autres besoins, en particulier pour le sport, car avec deux salles, l’offre de créneau pour les associations est devenue très insuffisante. La ville n’a pas les moyens de construire une salle omnisports, d’autant que ces équipements sont utilisés à plus de 75% par des membres qui habitent les communes voisines. C’est donc la CAN qui devrait agir pour le développement de ces équipements qui sont indispensables pour sa jeunesse. Je vais défendre ces projets car ils sont cohérents et logiques, le Président de la CAN ne peut décevoir les Chauraisiens pour ces attentes.« 

Photo couverture : Claude Boisson, maire de Chauray, lors de l’arrivée du TPC à Parthenay en 2021.